Baromètre du LIN 2015

Acteur légitime au sein de son écosystème économique, sociétal et environnement, le Lin serait-il un champion du Développement Durable ? Le BAROMETRE DU LIN EUROPEEN 2015 en constitue un  témoignage original. Il souligne les atouts du lin dans la transition vers des économies résilientes et sobres en carbone :  un atout majeur dans la perspective toute proche de la Semaine Européenne du Développement Durable [30 mai – 5 juin] et des négociations de la COP21 qui se tient à Paris en Décembre prochain.

Fibre verte et innovante par nature, le lin s’est imposé dans notre quotidien de citoyens consommateurs. Fibre d’avenir depuis toujours, il séduit des entreprises dans des secteurs à haute performance où on ne l’attendait pas. De fait, au-delà de ses applications textiles dans la mode, l’art de vivre et la décoration intérieure, le lin est devenu textile technique, véritable gisement d’innovations pour l’industrie du design, des sports & loisirs, de l’automobile et même de l’aéronautique.

Afin de faire l’état des lieux des forces de la filière européenne du lin, la CELC s’est appuyée sur les compétences de BVA et de BIO by Deloitte pour la réalisation d’une enquête inédite. Le BAROMETRE DU LIN EUROPEEN 2015 fournit et met en perspective ses informations socio-économiques, techniques et environnementales sur les différentes étapes de la vie du lin : sa culture, sa transformation et sa consommation.

La CELC, une filière Européenne engagée dans notre écosystème environnemental, social et économique.

 

 LE LIN, UNE EXCEPTION EUROPEENNE QUI FAIT DU BIEN A LA PLANETE.

Avec 81300 ha de lin fibre cultivés en 2014 et 80% de la production mondial, l’Europe est N°1 de cette exception continentale. Un terroir bien circonscrit qui requiert des terres profondes dans lesquelles les limons prédominent ; un climat océanique humide où les températures n’excèdent pas 25°C en moyenne durant sa croissance ; des précipitations qui couvrent naturellement tous les besoins en eau. Si 76 % des européens interviewés en 2014 l’ignorent, c’est bien l’Europe qui réalise 80 % de la production mondiale de lin sur une large bande côtière qui s’étend de la France, à la Belgique et aux Pays-Bas, de Caen à Amsterdam. La Haute-Normandie, la Basse-Normandie, la Picardie, le Nord/Pas-de-Calais et l’Est de l’Ile de France réunissent ces conditions et concentrent 99% des parcelles de l’Hexagone, toutes cultivées dans le respect de l’environnement et de la biodiversité.

BaroLIN15_carte_1

Exception européenne, cette agriculture de proximité qu’est le lin ne s’improvise pas. Son excellence résulte de la rencontre non répliquable ailleurs dans le monde entre ces spécificités géo climatiques et le savoir-faire inaliénable du duo liniculteur/teilleur : un mariage fertile entre respect des traditions et innovation constante.

BaroLIN15-export-5

Zéro irrigation, zéro défoliant. 

Pour le Lin européen, seule l’eau de pluie suffit ! Les besoins en eau du lin sont de l’ordre de 600 mm pour 100 jours de végétation, couverts par les précipitations [400mm], la bonne réserve hydrique de son terroir et la rosée [200mm]. Zéro irrigation donc et zéro défoliant pour cette culture écologiquement remarquable qui répond aux critères sociaux, économiques et écologiques, les 3 piliers du Développement Durable. Renouvelée en rotation tous les 7 ans, peu gourmande en azote, la culture du lin favorise la structuration et l’activité biologique des sols grâce à ses racines pivotantes qui s’enfoncent à 1 m de profondeur. Très sensible à son environnement, le lin révèle instinctivement l’historique des sols et améliore la qualité des cultures suivantes de 20 à 30%.

Et si demain, tous les français achetaient une chemise en lin à la place d’une chemise en coton, cela économiserait l’équivalent de l’eau bue par tous les parisiens pendant un an. Autre image choc à l’appui : acheter une chemise en lin, c’est 13 bouteilles d’eau économisées !

Irrig-3

Zéro OGM. Un engagement fondamental pris par l’ensemble des producteurs liniers – seule filière agro-industrielle européenne – tous signataires de la Charte EUROPEAN FLAX, visa qualitatif du lin fibre européen vers tous ses débouchés.

Zéro déchet. Totalement biodégradable, le lin européen c’est aussi zéro déchet, avec une diversité des destinations dès la première étape de transformation. Fibres longues pour le tissu, fibres courtes pour le papier ou les feutres; graines et huiles pour les tourteaux, les vernis, le linoleum ; anas pour le jardinage, la litière, le terreau… Chaque élément de la plante est utile et utilisé. Un lin qui entre aujourd’hui dans la mise au point de bio-composites, nouveaux débouchés innovants et réelles perspectives pour toute la filière du lin européen. Un lin mis à l’honneur dans le Pavillon France de l’Exposition Universelle de Milan qui vient de débuter et où sa résilience est remarquée !

Tous ces éléments engagent le liniculteur à placer l’agronomie au centre de son raisonnement et à s’interroger sur l’alternance et la gestion des cultures intermédiaires, sur les caractéristiques physico-chimiques et le travail du sol, mais également sur le choix variétal de ses semences. Un ensemble de compétence qui donne au lin européen la meilleure productivité mondiale pour un lin qui contribue à faire respirer la Planète. Chaque année, la culture du Lin Européen permet de retenir 250 000 tonnes de CO2, soit une économie en CO2 équivalente au parcours d’une Clio qui ferait 62 000 fois le tour de la Terre.

BaroLIN15-CO2-2

FIBRE RESPONSABLE PAR NATURE 

La culture et la transformation du lin demandent une main d’oeuvre locale importante et qualifiée ( 5 fois plus que le blé) dans le respect des règles du Bureau International du Travail. En garantissant des bassins d’emplois pérennes et spécialisés dans des régions rurales aux perspectives économiques souvent réduites, cette exception agricole prend toute sa dimension sociale. Une démarche engagée dès 1951, année de création de la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre -CELCcomme une anticipation au Traité de Rome, texte fondateur de l’Europe. Une réalité agricole méconnue : si 87% des Européens interviewés identifient l’origine végétale de la fibre de lin, ils sont 78 % à mal connaître les conditions de sa culture.

2_Dossier-de-presse_BAROMETRE_DU_LIN EUROPEEN_21_MAI_2015_Page_06

Il suffirait que l’intérieur de cabine d’un avion et que ses chariots de service soient en lin pour que l’allègement constaté permette des gains conséquents en kérosène, soit 2,1 millions de litres/an, soit l’équivalence de 2 555 vols A/R Paris New York/an.

BaroLIN15-ecoEnergie-7

Version automobile, si toutes les voitures vendues dans l’U.E. en 2014 avaient intégré les renforts composites en lin, ce sont 462 millions de litres de carburant qui auraient été économisés dans l’année, soit la quantité de carburant consommé pour effectuer 5,7 millions de trajets aller-retour Lille/Marseille en Clio.

BaroLin15-poids-8

LE LIN, FIBRE POUR CONSOMMATEURS EXIGEANTS

Les acheteurs de lin sont à l’image de leur produit : deux fois plus engagés que le reste de la population (29% vs 14%), ils scrutent les étiquettes (61% se disent prêts à payer plus cher un produit certifié), préférant les produits locaux (46% vs 26%) et contribuent à l’émergence d’une nouvelle société responsable et collaborative en échangeant des biens et des services (22% vs 14%), par exemple.

PLUS ENGAGÉ QUE LA MOYENNE LE CONSOMMATEUR DE LIN ?

C’est ce que dévoile l’étude associée de deux enquêtes. Dans le cadre de son Baromètre de l’engagement Durable, BVA met en place en 2012 un indicateur permettant de mesurer l’engagement citoyen sur la base de 41 pratiques durables et 33 pratiques collaboratives. Ces données compilées avec le Baromètre de la consommation de Lin BVA-CELC (2014), ont permis d’établir un portrait-robot du consommateur de lin.Les acheteurs de lin sont à l’image du produit. Deux fois plus engagés que le reste de la population (29% vs 14 %), à la fois attachés à la tradition mais résolument tournés vers l’avenir, ces citoyens éclairés sont précurseurs d’un monde en transition. Plutôt expérimentés (+ de 35 ans /74% vs 60% pour les non acheteurs), les acheteurs réguliers de lin sont au fait des nouveaux codes et outils digitaux.  Ils scrutent les étiquettes (61 % se disent prêts à payer plus cher un produit certifié 1), préférant les produits locaux (46 % vs 26 %), sans colorant ni additif (48% vs 20 %), ou issus du commerce équitable (13 % vs 6 %).

Ils s’engagent au quotidien pour faire évoluer le système. Ils sont 2 fois plus nombreux que les non acheteurs de lin à participer à des actions citoyennes : manifestations (25% vs 17 %) , pétitions en ligne, AMAP (25 % vs 15 %), bénévolat associatif (28 % vs 20 %), épargne solidaire (23 % vs 14%), crowdfunding). Ils contribuent à l’émergence d’une nouvelle société collaborative en échangeant des biens et des services (22% vs 14 %) ou en participant à l’enrichissement de contenus open source sur Internet (20% vs 13%), dans un souci d ‘économie circulaire et de co-construction.

Au final, une population de précurseurs engagés dans ce qu’on appelle le monde de l’après pétrole et qui choisit le lin pour ses qualités intrinsèques en totale adéquation avec ses exigences de changement sociétal : naturalité et confort, ressource locale et renouvelable, innovation bio sourcée, durabilité.

 

BaroLIN15-cosommateur-10

LE LIN C’EST SLOW DEVANT ! Le lin reste en effet un achat essentiellement textile (60% habillement, 57 % linge de maison, 41% décoration, 35 % linge de bain). Il est choisi pour sa naturalité (67% des Italiens), pour sa légèreté et son confort (35% des Français) et sa résistance (22% des Belges et des Britanniques). Facile à travailler, le lin est apprécié des professionnels du textile : il se teinte facilement, se mélange bien avec d’autres fibres. Au-delà de l’incontournable chaîne et trame, la maille de lin s’est taillée une jolie réputation : elle joue avec toutes les jauges et se plie à de nouveaux points. Piqué de lin, molleton, lin outdoor ou double face, autant de résultats issus d’années de recherche chez les filateurs et tricoteurs européens. Tous engagés sur des critères stricts concernant leur production et leurs approvisionnements pour séduire les 61% de consommateurs qui se déclarent prêts à payer davantage pour un produit certifié.

Le lin européen place les éco-finissages au centre des nouveaux développements : teintures réactives low-impact, traitements défroissables éco, finissages enzymatiques, certification par labels GOTS et OEKO-TEX. Un atout pour la slow fashion et un argument de vente choc pour les marques !

BaroLIN15-marques-6

LE LIN EUROPÉEN – FIBRE D’AVENIR DEPUIS TOUJOURS

Il y a 36 000 ans, l’humanité découvrait une fibre aux infinis usages. Aujourd’hui, elle nous transporte ! 1ère Fibre végétale textile de l’histoire des hommes, le lin est l’agro-ressource majeure d’une éco innovation plus que jamais vecteur de l’excellence française à l’international. Si elle ne représente qu’1% des fibres textiles végétales mondiales, elle se réinvente depuis toujours et accompagne l’humanité dans toutes ses (r)évolutions. Depuis les premiers faisceaux de fibre de lin torsadés et colorés de pigments trouvés dans une grotte en Géorgie (36 000 ans av. J-C) jusqu’aux récentes planches de surf éco-conçues, c’est bien de la même fibre haute performance dont il s’agit. Pourtant, si 87% des Européens interviewés en 2014, déclarent que le lin est une fibre innovante, 63% en ignorent les applications techniques.

BaroLIN15-fibreAvenir-7

 

LE LIN EUROPEEN, GISEMENT D’INNOVATIONS

Le prix fluctuant du pétrole et le réchauffement climatique relancent l’intérêt pour les fibres végétales renouvelables et biodégradables. Depuis 1903, pas moins de 300 brevets déposés pour des produits innovants à base de fibre de lin. Si le tout premier brevet (1903) concernait sans surprise le perfectionnement de la filature, on note une accélération concernant les plus récents sur des matériaux composites à base de matières premières renouvelables, pour des améliorations environnementales ou techniques du produit fini, dictées par les nouvelles normes européennes. La CELC, observatoire du lin, en défend la particularité.

performances mécaniques du lin européen

Le composite ? Deux matériaux ou plus qui combinent leurs propriétés et en développent de nouvelles. En incorporant des fibres de lin dans les composites de dernière génération, l’allègement significatif entraîne, à résistance égale, une baisse de la consommation de carburant. Un bonus pour l’industrie aéronautique ou automobile soucieuses d’économie d’énergie.Si les trois secteurs moteurs de la R&D sont à ce jour l’aéronautique, le nautisme et l’automobile c’est dans le domaine des Sports et Loisirs que les applications explosent. Pour le confort du novice comme pour l’exigence des initiés en mode compétition, la légèreté et l’absorption des vibrations des équipements sont des atouts déterminants pour garantir de meilleures performances. Le lin impose ses avantages multidisciplinaires dans le secteur du sport. Raquette de tennis ou de ping pong, skis de randonnée et bâtons, planche de surf ou de paddle, skite surf… Le sport sans les chocs !

BaroLIN15-sport-vib-9

Témoignages

« La fibre de lin – aux qualités environnementales attestées – offre des caractéristiques mécaniques égales ou supérieures à la fibre de verre ; et dans notre gamme Earth, le lin côtoie en toute harmonie le bois et le liège pour des paddles réalisés sans vernis. Haute performance et naturalité, comme argument de vente auprès d’un consommateur toujours plus citoyen ! » Benoit TREGUILLY, Communication Director BIC SPORT

« Les tables « Dual » ont été réalisées dans une vision moderne d’éco-conception. Elles jouent de la dualité implicite contenue dans la fibre de lin : j’ai voulu mettre en avant la charge émotionnelle de ce matériau, une fibre naturelle et chaleureuse, qui réfère par sa mise en forme à d’autres matériaux composites à l’aspect plus technologique ». Noé DUCHAUFOUR LAWRANCE, Designer

« L’utilisation de fibres naturelles est une voie importante en matière d’utilisation efficace des ressources ». Véronique ANDRIES, Ecodesign Manager & Network Leader, ALSTOM Transport/Products & Innovation 

 » Depuis 2008, nous utilisons du lin pour créer certaines de nos raquettes de tennis : celles destinées aux joueurs réguliers et aux joueurs intensifs. Le lin que nous utilisons est produit en Normandie et se retrouve dans le cadre en graphite des raquettes. La grande souplesse de cette fibre naturelle apporte un confort maximum aux joueurs. En marge des raquettes de tennis, chez Décathlon nous utilisons le lin également dans les raquettes de squash et celles de tennis de table ; d’autres Marques Passion de chez Décathlon utilisent du lin comme Wedzè et Caperlan ». Eric BRIET, Chef de produit matériel tennis chez DÉCATHLON, pour la marque ARTENGO

—————————————————————————–

1. Sources de l’étude

BVA et BIO by Deloitte s’associent pour répondre à la demande de la Confédération

Européenne du Lin et du Chanvre dans le cadre de la réalisation du BAROMETRE DU LIN EUROPEEN 2015. Cette approche s’inscrit dans la lignée de collaborations dans le domaine du développement durable pour le compte de l’ADEME (semaine européenne des déchets, gestion des DEEE, impact du télétravail,..). BVA apporte sa connaissance marketing des enjeux du développement durable et BIO by Deloitte son expertise et son savoir–faire dans la recherche documentée et l’analyse d’informations.

www.bva.fr  – www2.deloitte.com

——————————————————————————

Follow us  

Website  / www.europeanflax.com

Facebook Page : La confédération européenne du lin et du chanvre

Twitter : @linenandhemp

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on LinkedInShare on StumbleUponPrint this pageEmail this to someone
  
Copyright © CELC - linenandhempcommunity
Agriculture
Beauty Well being
Eco design
Fashion
Innovation
News
Sustainable

3 thoughts on “[Infographie] Baromètre 2015 du LIN Européen, fibre verte et innovante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *